Alex Margot-Duclot, directeur général de PUBLIC France, écrit sur l’opportunité de la GovTech en France et présente les start-up du programme d’accélération GovStart à Paris

Alex Margot-Duclot

07 August 2019

Alex Margot-Duclot, directeur général pour PUBLIC France, écrit sur l’opportunité que le secteur GovTech représente en France et présente les GovStart startups du programme accélérateur à Paris.

PUBLIC s’est fondé sur une conviction : start-up et administrations gagneraient à davantage travailler ensemble. Partager leur culture et leur expertise, par-delà les préjugés sur la tech ou la fonction publique ; diffuser le sens du service public et de l’intérêt général auprès des start-up ; aider les acteurs publics à s’approprier les meilleures innovations. Voilà la raison d’être de PUBLIC. Nous sommes convaincus que des interactions entre ces deux mondes, peut jaillir une nouvelle manière de faire l’action publique.  

Aujourd’hui, les 10,000 start-up de la FrenchTech créent des services dans tous les domaines d’intervention du secteur public : santé, éducation, paiement, mobilité, sécurité, RH, et bien plus encore. Utilisons leur expertise pour améliorer le fonctionnement de nos services publics.  

Déjà, quelques start-up et administrations pionnières inventent ensemble des services plus en phase avec les besoins et les attentes de notre temps. Ensemble, ils transforment la manière de concevoir ces services en amont, puis de les développer à mesure de leur succès. Placés au cœur de ces services, les citoyens profitent d’offres plus adaptées, moins chères, et participent d’une nouvelle manière à leur déploiement, comme destinataires et comme acteurs. Ensemble, ils transforment l’action publique. 

Nous avons sélectionné quelques unes des meilleures start-up en ce domaine pour les aider à accélérer leur croissance. Depuis trois ans, PUBLIC opère le premier programme d’accélération européen dédié à la GovTech. Conduit simultanément à Londres, Paris et Berlin, le programme GovStart accompagne des start-up et les aide à développer leurs relations commerciales avec le secteur public en Europe sur quatre grands axes : le développement commercial, la levée de fonds, le soutien tech, la communication et l’expansion internationale. En échange de leur participation au programme, nous gagnons le droit d’investir dans ces sociétés. Nous prouvons d‘abord notre valeur à leurs yeux. 

Cette année, plus de 350 start-up ont postulé à GovStart, dont plus de 50 en France. Au terme d’une sélection rigoureuse, les équipes de PUBLIC ont retenu 17 start-up exceptionnelles. Le programme les accompagnera pendant six mois afin d’accélérer leur croissance et les aider à créer en Europe les services publics de demain. 

En France, GovStart est fier d’accompagner trois start-up hors du commun, parmi les plus prometteuses d’Europe. Ces trois start-up agissent au niveau local ou national. Elles améliorent la gestion et la prise de décision des acteurs publics, la sécurité et la souveraineté de leurs communications, la relation démocratique qu’ils entretiennent avec leurs concitoyens. 

Cap Collectif aide les décideurs publics à faire évoluer leur mode de décision vers plus de transparence et d’inclusion à travers une grande variété d’applications participatives.

Fondateurs: Cyril Lage, Maxime Arrouard

Manty est la solution d’aide à la décision des administrations publiques pour exploiter leurs données de manière simple et rapide.

Fondateurs: Mathieu Nohet, Joseph-Marie Valleix, Lucas Gaillard

New Vector développe une solution open source basée sur le standard Matrix pour permettre aux administrations, acteurs publics, entreprises privées et individus de communiquer de façon sécurisée et décentralisée.

Fondateurs: Matthew Hodgson, Amandine Le Pape

Par ailleurs, PUBLIC est heureux de pouvoir compter sur le soutien de mentors et de partenaires de premier plan, qui aideront nos start-up dans leur programme d’accélération : 

Charles Baron – Anciennement directeur des opérations de la start-up Stootie, Charles a notamment piloté 4 levées de fonds (12M€ levés), un rachat par Cdiscount en 2018, ainsi que l’ensemble des problématiques de croissance (2M de téléchargements, 100 000 prestataires sur la plateforme, une 100aine de recrutements en interne…). Diplômé de l’Université Paris Dauphine et de la Bocconi, il a débuté sa carrière en tant que trader chez Lehman Brothers puis au Crédit Suisse. 

Stanislas de Margerie – Diplômé de l’Université Panthéon Assas et de la New York University School of Law ainsi que des Mines ParisTech, Stanislas est avocat associé au sein du cabinet Margerie Reine Cordier, avec une expertise en droit public des affaires.

Baptiste N’Tsama – Chef de projet innovation et prospective à la Direction Interministérielle de la Transformation Publique (DITP), Baptiste a œuvré pour l’innovation au sein des Services du Premier Ministre et du Ministère de l’Economie. Au sein de la Task Force « Futurs Publics », il accompagne les administrations dans l’identification de solutions innovantes et la structuration de démarches de de design de services, tout en pilotant des programmes de financement publics, tels que les Défis Cartes Blanches.

Marie Barbe Girard – Entrepreneuse, en charge du business, des opérations et des finances, Marie-Barbe a cofondé et revendu la start-up SHOPCADE à Lagardère Active en 2017. Précédemment directrice-adjointe du cabinet du Ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique, elle a par la suite eu des rôles stratégiques au sein de Transport for London et à l’Office au Fair Trading au Royaume-Uni. Elle est diplômée d’HEC et a un DEA d’Economie de l’ENS.

Martin Canton-Lauga – Anciennement consultant en organisation spécialisé en innovation et numérique pour le secteur public chez PwC France, Martin a co-fondé et dirige depuis 2016 Hubvisory, une organisation experte dans le Product Management et l’Agilité dont le leitmotiv est le succès des produits digitaux sur le modèle des startups tech. Martin mène des transformations d’envergure et accompagne la création de produits digitaux pour des startups et des grandes organisations publiques et privés. Il est diplômé d’HEC Montréal et de l’Ecole Centrale Paris.

Sarah Ghobadi – Directrice de cabinet de la secrétaire générale des ministères économiques et financiers, Sarah dispose d’une expérience en administration publique et en relations internationales. Après 6 ans au ministère des affaires étrangères elle a choisi de poursuivre sa formation professionnelle en passant le concours de l’ENA.

Joanna Kirk – Actuellement consultante en relations presse spécialisé dans la tech, elle a accompagné les fonds d’investissements Atomico, London & Partners, l’incubateur Station F et des start-up telles que Meero, Open Brain ou Talent.io pour mettre à profit ses 10 ans d’expériences en relation presse au sein de Reed Midem. Elle est aussi la co fondatrice de Startup Sesame, une initiative pour connecter entrepreneurs aux meilleurs événements tech en Europe.

Le numérique permet de réinventer les outils de gouvernement et d’impliquer les citoyens de manière inédite dans leur déploiement. Ces deux aspects indissociables constituent le formidable chantier de la GovTech.

La France a l’un des secteurs publics les plus actifs et certaines des meilleures start-up d’Europe. Elle dépense chaque année près de 200 milliards d’euros en commande publique, marché complètement ignoré par les start-up. Nous pouvons devenir les leaders européens de la GovTech, et imaginer les services publics numériques, innovants, audacieux de demain. Pour cela, nous aurons besoin des start-up, des administrations, et de tout un écosystème tech et public qui n’a pas l’habitude de se parler. Mais qui a tout à y gagner.

Inscrivez vous à la newsletter de PUBLIC France pour recevoir toutes nos dernières actualités

By | 2019-09-06T15:48:00+00:00 August 7th, 2019|0 Comments

Leave A Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.